Décryptages - Blog politique

Blog politique. Décryptages de l'actualité de la politique et des médias.

21 avril 2007

Il est temps que ça se termine !

podium

Allez pour finir avant le scrutin, je vous propose mon podium des dernières grosses bêtises et provocations gratuites de la dernière semaine. Ce classement est évidemment subjectif.

Troisième marche du podium, médaille de bronze : Nicolas Sarkozy. Et en l'occurrence, l'image des médailles et du podium est bien choisie, puisqu'il s'agit de ses déclarations sur le boycott des JO de Pékin proposée par BHL. Sur le fonds du sujet, je suis partagé, le boycott des JO (ou sa menace) n'ayant pas dans le passé prouvé son efficacité (si ce n'est à provoquer d'autres boycotts comme celui des JO de Los Angeles par les russes en représailles). En revanche, la façon dont Sarkozy rejette cette idée est pour le moins radicale et sans nuance (voir aussi la réponse de BHL dans Le Point de cette semaine) et atteint le comble du ridicule lorsqu'il rappelle que "les JO de Munich en 1972 avaient continué malgré la prise en otages meurtrière d'athlètes israéliens par un commando palestinien". Quel rapport avec la Chine ? Suggère-t-il qu'il fallait arrêter les JO pour punir l'OLP ? ou le pays organisateur, c'est-à-dire l'Allemagne ? Incompréhensible. Et une bourde, une ! La fatigue, sans doute.

Deuxième marche du podium. Remarquable médaille d'argent, bien entendu pour Jean-Marie Le Pen. C'est venu progressivement mais enfin il l'a laché sa grosse provocation. A la question (stupide aussi je vous l'accorde) "Pourquoi les juifs aiment Sarkozy et pour quelle raison ils le haïssent ?", Le Pen répond : "Sarkozy est juif par sa mère. Cela joue un peu en sa faveur, le fait qu'il soit juif du côté grec", ajoutant "mais il n'est pas juif du côté hongrois". Et Pen poursuit : "Sarkozy est toujours en faveur des organisations juives et d'Israël. Il est pro-américain, très pro-américain, mais tous les juifs ne sont pas pour lui. Il a également permis l'immigration de centaines de milliers de personnes venant d'Afrique et d'Afrique musulmane". Ouf, on est rassuré, Jean-Marie n'est pas devenu un ectoplasme inconsistant, l'approche de l'heure fatidique lui redonne des ailes.

Mais ce n'est pas un des candidats qui remporte la palme, la médaille d'or de la stupidité, de loin la première marche de ce podium. C'est évidemment l'indéboulonnable directeur du sacro-saint journal, le donneur de leçon de la presse intelligente, celui qui sait, celui qui prétend nous guider, nous pauvres électeurs incultes vers le bon choix, le seul choix, vers ce qu'il appelle pompeusement cet "impératif démocratique". Vous avez reconnu évidemment Jean-Marie Colombani qui nous a présenté une fois de plus, sa face cachée. Et non, M. Colombani, décider à l'avance du seul second tour acceptable, ce n'est pas un impératif démocratique. Pas plus que sous entendre que tous les partisans du non au référendum étaient des abrutis. On pourrait espérer que l'illustre directeur de la vénérable institution qu'est Le Monde apprenne de ses erreurs passées, mais c'est sans doute un espoir insensé. Colombani et Le Monde sont enfermés dans leurs certitudes. Laissons-les y.

Posté à 13:41 - Politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire