Décryptages - Blog politique

Blog politique. Décryptages de l'actualité de la politique et des médias.

25 avril 2007

Faux débats

debat_theatre

Souvenez-vous, avant le premier tour, nous avions eu droit à un débat et une longue valse hésitation à propos du débat sur internet. Certains étaient pour, d'autres (Sarkozy) contre, d'autres disaient qu'ils étaient pour tout en sachant pertinemment que ce débat n'aurait pas lieu. Les medias internet se sont fait rouler dans la farine. Bref, c'était le jeu de l'hypocrisie politique habituelle à son apogée.

Entre les deux tours, "on refait le match" comme dirait Eugène Sacomano. C'est tellement drôle. Ségolène Royal propose donc un débat à François Bayrou. Bayrou en accepte le principe. Royal propose alors que ce débat ait lieu ce vendredi devant les journalistes de la presse quotidienne régionale, en se doutant bien un peu que ce débat devant les journalistes du Progrès de Lyon ou de La Montagne ne satisfera pas Bayrou. Du coup, Bayrou évidemment refuse et demande un débat télévisé. En sachant parfaitement bien entendu que les règles drastiques d'égalité de temps de parole entre Sarkozy et Royal rendent cet exercice particulièrement difficile à organiser. D'autant plus que Sarkozy, lui, rejète catégoriquement toute idée de débat avec le troisième homme : la finale, c'est entre les deux premiers, le troisième peut jouer au supporter éventuellement mais pas question de le voir marcher sur la pelouse. Réponse de la bergère au paysan : Ségolène a une idée, France 2 peut très bien venir filmer le débat devant la PQR. Proposition qui ne change évidemment rien puisque le débat sera filmé mais ne pourra toujours pas être diffusé à la télé. Et pourquoi pas un film réalisé en super huit par Julien Dray ? Donc, si vous me suivez toujours, Bayrou ne pourra que refuser cette nouvelle proposition. Alors, ce sera le moment que choisiront probablement les médias libres du cinquième pouvoir pour proposer un débat sur internet (s'ils n'ont pas été totalement dégoutés par l'épisode du premier tour) et ce débat internet se terminera en eau de boudin, comme avant le 23 avril.

Heureusement, pour sur, il y aura le 2 mai un débat entre les deux candidats finalistes. Espérons que les deux acteurs seront à la hauteur ... sinon on pourra toujours se consoler en allant voir Weber et Balmer au théâtre dans les rôles de Giscard et Mitterrand en 1974 et 1981.

Posté à 23:04 - Médias - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Dernières nouvelles

    La PQR refuse d'organiser ce débat. Les socialistes accusent Sarkozy de faire pression sur ses amis de la presse. Canal Plus arrive à la rescousse et propose un débat samedi sur i-télé. Et c'est pas fini !

    Posté par Décryptyages, 26 avril 2007 à 18:41
  • pourquoi je ne voterai pas royal

    Militant UDF dans le 15ème, je ne peux me résoudre à voter Royal.
    Pour plusieurs raisons :
    1) Elle est soutenue par l'extrême gauche qui a toujours été incompatible avec le corpus d'idée du centre et de la sociale démocratie moderne, qui, elle, a rompu avec le marxisme, à l’image du SPD et à l’inverse du PS.

    2) Ces soutiens pèsent sur son engagement européen. De plus, le PS, c'est aussi une majorité de soutien au non au référendum européen(chez les militants). Ces deux éléments mettent en doute la capacité de mme royal à faire avancer le projet européen. La possible nomination de M. Chevènement comme premier ministre par Mme Royal ne fait qu'augmenter ce risque d'anti-européanisme.
    Le comble, c’est que, depuis le 22 Avril, ce M. Chevènement, le plus anti-européen des conseillers de Ségolène Royal, s’est déclaré pour des désistement mutuels pour les législatives entre l’UDF (le parti le plus opposé à ces idées sur l’Europe) et le PS.
    Quelle démagogie et quelle triste alliance de l’UDF avec ce qu’il y a de plus anti-européen à gauche !!!! (cf cet excellent article d’un collègue centriste : http://voyageenpolitique.hautetfort.com/archive/2007/04/27/le-coup-de-gueule-du-vendredi.html)

    3) Le risque est celui d'une récupération par la gauche. Or, la majorité des centristes historiques sont plutôt au centre droit. Les parlementaires UDF qui ont apporté leur soutien à Nicolas Sarkozy le savent et en témoignent, eux qui restent et resteront UDF.

    Le sectarisme d'une gauche qui croit davantage aux étiquettes qu'aux convictions est une menace pour la force que représente le centre aujourd'hui. Le soutien à la gauche risque de tuer dans l'oeuf la lancée du 22 avril.

    Posté par francis, 27 avril 2007 à 19:29

Poster un commentaire